« Une jeep dans le Bastogne War Museum »

Le Bastogne War Museum

Situé à quelques mètres du Mémorial du Mardasson, le Bastogne War Museum est un centre de mémoire dédié à la Seconde Guerre Mondiale et à la bataille des Ardennes.

Construit sur l’ancien site du Centre Historique de Bastogne, il a ouvert ses portes en mars 2014. Comme le Mémorial du Mardasson, il affecte la forme d’une étoile américaine à cinq branches.  

Son exposition permanente est devenue un lieu incontournable tant en Belgique qu’à l’étranger.

« Le Bastogne War Museum vu depuis le sommet du mémorial du Mardasson »
Le Bastogne War Museum vu depuis le sommet du mémorial du Mardasson

Le Bastogne War Museum, un musée moderne

Le centre de mémoire se situe dans le sous-sol du bâtiment.
Les témoignages de quarte personnages ( un officier allemand, un soldat américain, un Bastognard et une résistante ) plongent les visiteurs dans le passé pour les amener vers une période douloureuse de notre histoire : la Seconde Guerre Mondiale.

« Quatre personnages témoignent dans le Bastogne  War Museum »
Quatre personnages témoignent

Le musée est moderne. Il fait la part belle aux images, aux installations multimédias, aux mises en scène 3D, aux films, aux objets d’époque et aux témoignages.

Les plus jeunes ne sont pas oubliés. Des bornes interactives, disposées le long du parcours de la visite, sont mises à leur disposition.

« L’intérieur du Bastogne War Museum à Bastogne »
Un musée moderne avec des bornes interactives

À l’aube du conflit

Dès septembre 1939, Hitler entreprend d’envahir la Pologne, alliée à la France.
Le 3 septembre, la France et le Royaume-Uni déclarent la guerre à l’Allemagne.
Le 10 mai 1940, l’invasion allemande surprend totalement la Belgique.

« Hitler se prépare à la guerre  »
« Des documents sur le début de la seconde guerre mondiale »

La Belgique sous l’occupation

La Belgique capitule le 28 mai 1940. Ces premiers jours de la guerre ont gardé le nom de « Campagne des 18 jours ».
Des milliers de familles, jetées sur les routes, fuient en direction de la France

L’occupation allemande durera plus de 4 ans. La population est écrasée sous les restrictions et les Juifs sont pourchassés.

« Le Bastogne War Museum aborde le sujet des réfugiés durant la seconde guerre mondiale »
« Rationnement des denrées alimentaires pendant la seconde guerre mondiale »

La résistance

De nombreux belges se lancent dans la « résistance  ». Ils sont actifs dans beaucoup de domaines.
Ils volent au secours des soldats alliés, sabotent l’industrie de guerre allemande, font des attentats, donnent des renseignements ou publient des journaux clandestins.

« La résistance belge durant la seconde guerre mondiale »

La libération de la Belgique

Dès le 12 septembre 1944, la plupart des Belges sont libérés par les armées anglaises, américaines et canadiennes. Délivrés du joug ennemi, ils laissent éclater leur joie.

Mais, libération ne veut pas dire capitulation. La guerre n’est pas encore finie. Hitler leur réserve une mauvaise surprise dans les mois suivants.

« La libération de la Belgique  »

Une offensive désespérée

Durant le terrible hiver 1944-1945, Hitler se lance dans une « campagne-éclair », une attaque de la dernière chance.

Pour renverser le sort des armes, il veut tenter une percée à travers les Ardennes, franchir la Meuse et atteindre le port d’Anvers pour entraver les ravitaillements des armées alliées.

« Hitler veut s’emparer de Anvers en Belgique »

La bataille des Ardennes

Pour atteindre son but, le Führer donne l’ordre, le 16 décembre 1944, de lâcher des centaines de Chars sur le massif des Ardennes. C’est l’offensive dite de «von Rundstedt».

Au début, les Allemands profitent des conditions atmosphériques exécrables qui clouent au sol l’aviation américaine. La Wehrmacht avance vite face à des alliés pris au dépourvu. Cette avancée ressemble à la « Blickskrieg », la guerre éclaire de 1940.

« Les alliés sont représentés dans le Bastogne War Museum »
« Un char Sherman dans le Bastogne War Museum »
« Les Allemands sont représentés dans le Bastogne War Museum »

Bastogne

Mais très vite, la Wehrmacht doit faire face à des points de résistance acharnés comme Bastogne, où des milliers d’Américains, pris au piège, résistent avec bravoure.

Pendant près d’un mois, les Allemands sont mis en échec par la 101ème division américaine Airborn. Peu à peu, l’offensive allemande, faute de moyens matériels et d’essence pour ses blindés, s’essouffle.

Le 22 décembre 1944, à midi, à la sommation de reddition de la ville, le général Mac Auliffe répond «Nuts », en d’autres mots, « allez vous faire voir ».

Dès le lendemain, le temps s’éclaircit et l’aviation alliée peut sortir à nouveau. Le 26 décembre 1944, la situation s’inverse. La 3e armée du général Patton brise l’encerclement de Bastogne.

Le 30 janvier 1945, les Allemands sont repoussés au-delà de leur position de départ. Ils laissent derrière eux de nombreuses localités anéanties. Quant au bilan humain, il est extrêmement lourd : 65838 morts ou disparus parmi les civils, les Allemands et les Alliés. 

« Une copie d’une plaque routière de Bastogne au Bastogne War Museum »
« Le général Patton est représenté au Bastogne War Museum »

La mémoire en marche

Après la création du Mémorial du Mardasson, en 1950, l’édification d’un musée s’impose. Le Centre Historique de Bastogne ouvre ses portes en 1976.

38 ans plus tard, le Bastogne War Museum prend la place de l’ancien musée. Son exposition présente l’une des plus importantes collections en rapport avec la Seconde Guerre mondiale.

« Des journaux d’époque parlent de la construction du mémorial du Mardasson »
« Le Bastogne War Museum encourage le tourisme de mémoire »

Mon avis

Le Bastogne War Museum est à la fois un musée et un centre d’information. Il aborde le déroulement de la seconde guerre mondiale et consacre une large part à l’offensive allemande dans les Ardennes.

L’exposition, structurée par ordre chronologique et présentée sous forme narrative, est dans l’air du temps.
J’ai apprécié l’originalité de ses reconstitutions en 3D, la diversité de ses supports et les artefacts d’époque.

J’ai été un peu déçue quant à la quantité d’objets exposés. Ils sont moins nombreux que dans l’ancien musée et les chars ne figurent plus sur la devanture.

Dans l’ensemble, ce musée est intéressant et à voir absolument si vous passez dans la région 

Pour voir les vidéos, cliquez sur les images ci-dessous


Pour en savoir plus sur ce musée, cliquez ici

À lire aussi

Le Mémorial du Mardasson

Voyage annuel 2019

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *